Types et types

Causes et méthodes de traitement de la lipodystrophie dans le diabète sucré

Le diabète sucré est caractérisé par une assez grande variation dans les formes de la maladie. L'un d'entre eux est le diabète lipoatrophique.

Cette maladie diffère du diabète non compliqué par un tableau clinique différent. La lipodystrophie associée au diabète est une complication dangereuse qui nécessite une attention particulière des spécialistes.

Qu'est-ce que le diabète lipoatrophique?

Avec ce type de complication, il existe des processus qui conduisent à l'absence de tissu adipeux chez un patient. Le diabète lipoatrophique se caractérise par une résistance élevée du corps aux préparations d’insuline et une augmentation du foie, conduisant souvent à une cirrhose et à d’autres maladies.

Aussi caractérisé par l'absence de cétose diabétique et d'hypermétabolisme avec une glande thyroïde en fonctionnement. Chez les nouveau-nés, le symptôme principal peut être la dystrophie du tissu adipeux et le diabète se développe plus de 10 et même 15 ans plus tard.

Lipodystrophie ginoïde

Chez les adultes, au contraire, l'apparition du diabète est primaire et la lipodystrophie se manifeste plusieurs années après la détection d'un déficit en insuline, généralement après une maladie virale. Les modifications subies par le tissu adipeux sous-cutané et le collagène sont plutôt perceptibles visuellement.

Généralement, leur développement est associé à l'introduction d'injections d'insuline. Parfois, la pathologie se développe peu de temps après l’injection. Et chez certains patients, au contraire, il apparaît 5 ou 10 ans après le début du traitement à l'insuline.

Types de lipodystrophie de l'insuline dans le diabète sucré

Les raisons du développement de ce processus sont encore inconnues.

Avec un degré de certitude assez élevé, la forme lipoatrophique du diabète peut être distinguée d'une maladie non compensée.

La principale différence entre ces deux formes est l’absence de dystrophie musculaire dans le premier cas, avec l’incapacité presque totale du corps à accumuler des dépôts graisseux. La graisse sous-cutanée continue de s'estomper et ne s'accumule pas, même en cas de forte teneur en graisse dans le régime alimentaire du patient.

Le plus souvent, la soi-disant lipodystrophie atrophique se développe. Elle se caractérise par l'absence de tissu adipeux, qui se développe dans le domaine des injections d'insuline régulières. En même temps, dans les lieux d'injection, il y a aussi une lésion de la peau, qui est clairement visible à l'œil nu.

Le deuxième type d'atrophie du diabète est la lipohypertrophie. Elle est causée par un dépôt de graisse hypertrophié au site d’injection. En conséquence, il se forme des lipomes, communément appelés "wen".

La lipohypertrophie entraîne une mauvaise circulation sanguine et rend difficile l'absorption d'insuline après l'injection.

Les principales raisons du développement

De manière significative, la cause du phénomène est inconnue. Cependant, les experts ont établi des facteurs susceptibles de provoquer le développement de cette pathologie.

Les causes de la lipodystrophie comprennent:

  • lésion régulière du tissu pendant l'injection;
  • réaction tissulaire allergique au médicament;
  • changements dans le fond hormonal du patient.

Les facteurs qui augmentent le risque de pathologie incluent également l'obésité, les maladies infectieuses, une alimentation malsaine et un mode de vie sédentaire. Effectuer des injections en violation des règles contribue également à la lipodystrophie.

En particulier, pénétrer dans la ponction de l'alcool provoque une brûlure microscopique et contribue au développement de la pathologie. Il existe une hypothèse selon laquelle le développement de la lipodystrophie affecte également la réponse immuno-métabolique de l'organisme à l'introduction d'insuline étrangère.

C’est peut-être à cause du retraitement forcé de l’hormone «extraterrestre» par l’organisme que le mécanisme pathologique du métabolisme lipidique est déclenché.

De plus, le système immunitaire d’une personne peut réagir à une partie de l’insuline qui pénètre dans la couche adipeuse sous-cutanée sous forme d’antigène étranger.

Au cours de sa destruction, le tissu lipoïde est également blessé.

Symptômes typiques chez les diabétiques

Il est important de reconnaître la lipodystrophie à temps et à temps pour demander de l'aide.

Des symptômes tels que des rougeurs et un amincissement de la peau dans les zones fréquemment injectées sont typiques du développement d'une pathologie.

Dans ce cas, il est possible d'identifier assez clairement la limite de la partie du corps affectée. Au fil du temps, la sensibilité d’une telle zone cutanée à diverses blessures augmente. Même les petites coupures et égratignures guérissent très mal, le développement d'ulcères purulents est possible, et en l'absence de traitement, même une gangrène peut se développer.

Au fil du temps, la lipodystrophie localisée commence à affecter le métabolisme du corps. Chez environ 25% des patients, c'est elle qui provoque la résistance à l'insuline. En outre, le développement de la maladie modifie le temps d'absorption du médicament. Cela complique grandement le calcul de la dose correcte, en particulier lors de l'utilisation d'insuline à action prolongée.

Dans de très rares cas, une atrophie du tissu adipeux se développe à une certaine distance des sites d'injection. Cette situation rend difficile le diagnostic au stade initial et est principalement caractéristique des femmes.

Caractéristiques du traitement

En cas de détection de la lipodystrophie, un ensemble de mesures est appliqué, visant à éliminer les causes de la pathologie et à réduire ses effets négatifs.

Tout d'abord, le remplacement des préparations d'insuline est pratiqué. La plus sûre est la mono insuline hautement purifiée.

Selon certaines informations, l'hormone produite par les glandes bovines serait le plus souvent à l'origine d'anomalies du corps. L'électrophorèse des zones touchées, l'épilation à la paraffine, l'inductométrie sont effectuées. L'effet ultrasonore sur les zones touchées est un outil très efficace.

Les fluctuations atteignent les tissus profonds et stimulent la circulation sanguine et le métabolisme. En outre, un certain effet entraîne l'utilisation de pommades locales contenant des hormones.

De l'importance de l'alternance des sites d'injection pour l'insulinothérapie

Tant dans le traitement de la pathologie que dans sa prévention, il est important d’administrer correctement les préparations contenant de l’insuline.

Il est nécessaire d'alterner les lieux d'injections. L'injection peut être faite au même moment pas plus d'une fois tous les deux mois.

La température du médicament est également importante. Il est préférable d'utiliser de l'insuline, chauffée à 36 degrés. Il est acceptable d’utiliser des médicaments à la température ambiante, mais pas à froid.

Le site d’injection doit être désinfecté avec de l’alcool, mais vous devez attendre son évaporation.

Le médicament doit être administré lentement et en profondeur. Une bonne solution consiste à acheter une pompe à insuline ou des injecteurs spéciaux en forme de stylo. Assurez-vous de changer l'aiguille avant chaque injection.

Prévention pour la prévention des complications du diabète

Outre les méthodes décrites ci-dessus, il est nécessaire de respecter d'autres règles permettant d'éviter les complications.

Il est important de maintenir le bon équilibre en eau.

Il est nécessaire de consommer jusqu'à 3 litres de liquide (y compris les entrées), tout en privilégiant une eau naturelle et de haute qualité.

Il est important de suivre un régime, de pratiquer des exercices légers. Il est nécessaire de contrôler votre poids, si nécessaire, afin de réduire votre poids en utilisant un régime alimentaire prescrit par votre médecin.

Vidéos connexes

Causes et traitement de la lipodystrophie dans le diabète sucré:

Le respect de ces règles et l'introduction correcte d'insuline permettront d'éviter une complication aussi dangereuse que la dystrophie adipeuse, et ne permettront pas un traitement plutôt compliqué et relativement douloureux.