Le diabète

Définition et classification acceptée du diabète

Le diabète sucré est une maladie courante associée à une violation du métabolisme des glucides et qui s'accompagne d'une augmentation du taux de glucose sanguin.

Selon la définition de l'OMS (Organisation mondiale de la santé), il existe une division du diabète en classes.

Classification du diabète

Selon la classification, devrait être distingué:

  • le diabète;
  • prédiabète;
  • gestationnel chez les femmes enceintes.

Selon MKB 10 (classification internationale des maladies), la classification moderne est la suivante:

  • Type 1 - insulino-dépendant, code E10 (l'utilisation de l'insuline est obligatoire);
  • 2 types - indépendant de l'insuline, code E11 (provoque un excès de poids et des troubles circulatoires);
  • code E12 - provoqué par la malnutrition (se produit sur le fond de la famine ou du dysfonctionnement du foie et des reins);
  • code E13 - mixte;
  • code E14 - une sorte de pathologie incertaine.

Pourquoi le diabète est-il dangereux? Le fait qu'il y ait une différence dans les symptômes de chaque classe de la maladie et que chaque type cause de graves perturbations dans le travail des systèmes internes du corps.

Type 1

Le diabète sucré de type 1 insulino-dépendant est une maladie qui se forme à la suite de la destruction cellulaire du pancréas, à la suite de laquelle une quantité excessive de sucre s'accumule dans l'organisme. Cette pathologie se développe avec un manque d'insuline, nécessaire au bon métabolisme des glucides.

La glande touchée ne peut pas produire une quantité suffisante d'hormone. À cet égard, l'absorption du glucose dans les cellules est difficile et l'indicateur de sucre dans le sang augmente. Le principal moyen de compenser le manque d'hormones est l'introduction régulière d'insuline par injection dans l'organisme.

Les patients atteints de ce type de pathologie ont toute leur vie pour se conformer au calendrier d'injections d'insuline pour maintenir la vitalité. Par conséquent, ce type d'insuline s'appelle.

Ce type de pathologie est plus souvent innée et se retrouve dans l'enfance ou l'adolescence.

Matériel vidéo sur le mécanisme du diabète de type 1:

Les principaux symptômes de la maladie sont les suivants:

  • besoin fréquent d'uriner et de libérer de grandes quantités d'urine;
  • augmentation de l'appétit;
  • soif inextinguible;
  • sensation de bouche sèche;
  • démangeaisons de la peau;
  • perte de poids inexpliquée;
  • faiblesse, somnolence.

Selon les résultats du test sanguin, on observe une augmentation du coefficient de sucre, des cellules graisseuses sont détectées dans l'urine.

À l'avenir, un syndrome de douleur abdominale intense s'ajoute aux symptômes, ce qui, combiné aux attaques de nausée, réduit l'appétit.

Sous l’influence de facteurs néfastes, une augmentation significative du taux de glucose est possible, ce qui, sans correction en temps utile, entraîne l’apparition d’une hyperglycémie.

Provoquer la croissance de la glycémie peut:

  • tension nerveuse;
  • maladie infectieuse ou inflammatoire;
  • violation de la nutrition diététique;
  • la grossesse
  • des blessures;
  • abus d'alcool et de tabac;
  • jeûner ou trop manger;
  • intervention chirurgicale;
  • sauter l'injection d'insuline ou le mauvais dosage.

En raison de la glycémie instable, le diabète de type 1 est dangereux pour ses complications:

  • néphropathie diabétique et insuffisance rénale;
  • dommages au système nerveux (neuropathie);
  • l'hypertension;
  • maladies du coeur et des vaisseaux sanguins;
  • l'acidocétose est une complication causée par la dégradation des adipocytes, ce qui entraîne une formation accrue de corps cétoniques;
  • hyperglycémie.

L'acidocétose et l'hyperglycémie peuvent provoquer le développement d'un état comateux et entraîner la mort.

Le diabète de type 1 est une maladie incurable et les patients atteints de cette pathologie doivent mesurer régulièrement la quantité de sucre dans leur sang, suivre un régime alimentaire strict et s'en tenir aux injections d'insuline.

Type 2

Cette maladie est causée par une activité insuffisante de l'hormone insuline, qui est produite en abondance par le pancréas, mais ne peut pas interagir efficacement avec les cellules et favoriser la dégradation du glucose.

Quelle est la différence entre les deux types de maladies. Les changements pathologiques dans le métabolisme des glucides du type 1 sont associés à une perturbation du pancréas et, à 2 ans, à une perte de sensibilité des récepteurs de l'insuline cellulaire.

Lorsque le diabète de type 2 ne nécessite pas de compensation constante de l'hormone, il est appelé insuline indépendante. Cette pathologie se développe chez l'homme au cours de sa vie et apparaît généralement dès l'âge moyen.

Les principaux facteurs qui influent sur l’apparition de ce type de maladie sont les suivants:

  • prédisposition génétique;
  • surpoids;
  • l'abus d'aliments riches en glucides rapides et en sucre;
  • faible activité physique;
  • l'hypertension;
  • dépendance à l'alcool et à la nicotine.

La pathologie symptomatologique de type 2 est mal exprimée et souvent, une pathologie est détectée lors du passage d'un examen médical pour une autre maladie. Les patients peuvent remarquer une violation de la fonction visuelle, une augmentation de l'appétit et l'apparition de démangeaisons.

Le diagnostic de la maladie est réalisé en fonction des résultats de l'étude d'un échantillon de sang prélevé après un jeûne de 8 heures. La pathologie est confirmée lorsque les indicateurs de sucre, dépassant le taux autorisé.

Le diabète insulino-indépendant, comme la maladie de type 1, ne peut pas être traité et est une maladie à vie. La thérapie d'entretien consiste à suivre un régime diététique strict avec une prédominance d'aliments faibles en gras et de plats de légumes et à exclure les matières grasses, les sucreries et l'amidon du menu. Des mesures supplémentaires de traitement sont l’utilisation de récepteurs de médicaments réduisant le sucre et améliorant la sensibilité, ainsi que l’introduction d’un exercice modéré.

Une condition préalable à un traitement réussi est de perdre du poids et d’éviter les mauvaises habitudes. Les patients doivent surveiller leur taux de sucre et les mesurer plusieurs fois par jour.

Diabète insipide

On appelle diabète insipide, une altération de la fonction de l'hypothalamus entraînant la production d'une quantité insuffisante de vasopressine dans le corps. La vasopressine est une hormone responsable de la fonction excrétrice des reins et de la miction.

Il existe deux types de pathologie:

  1. Néphrogénique- la maladie la plus rare résultant de la faible sensibilité des cellules rénales à l'hormone de l'hypothalamus. La pathologie peut être due à une atteinte rénale liée aux médicaments ou à des anomalies congénitales.
  2. Hypothalamique La vasopressine se développe sur le fond d'une production insuffisante et est divisée en symptomatique - causée par des lésions cérébrales causées par des infections, des lésions ou des tumeurs, et idiopathique - formée en raison d'une susceptibilité génétique.

Ainsi, les raisons contribuant au développement du diabète insipide incluent:

  • l'hérédité;
  • les néoplasmes dans le cerveau;
  • blessures à la tête;
  • inflammations infectieuses des méninges;
  • troubles circulatoires;
  • maladie rénale.

Les principaux symptômes de la maladie se manifestent sous la forme:

  • soif incessante;
  • volume élevé d'urine (eau consommée plus de 20 litres par jour) (plus de 25 litres par jour);
  • migraine et fatigue;
  • l'hypotension;
  • instabilité émotionnelle;
  • perte de poids et manque d'appétit;
  • échec du cycle mensuel;
  • dysfonction érectile.

En raison de l'excès de liquide pénétrant dans le corps, il se produit un étirement de l'estomac et son déplacement affecte les intestins et les voies biliaires. Des changements se produisent dans le système urinaire, ce qui se traduit par l'étirement des uretères, du bassin et de la vessie.

Le traitement de la maladie est comme suit:

  • aliments diététiques, avec restriction des aliments protéinés;
  • traitement des maladies qui déclenchent une production altérée d'hormones;
  • reconstitution des pertes liquidiennes et électrolytiques dans l'organisme par la perfusion intraveineuse de solutions salines;
  • reconstitution du déficit en vasopressine par instillation de desmopressine (hormone substitutive) dans le nez.

Avec un traitement approprié, le diabète insipide n’affecte pas l’espérance de vie des patients.

Pré-diabète ou altération de la tolérance au glucose

L’état de prédiabète se caractérise par une légère augmentation du taux de glucose sanguin, tout en dépassant les valeurs admissibles. Le danger de ce type de pathologie réside dans le risque possible de maladies cardiaques et vasculaires, ainsi que de diabète. La condition menaçante nécessite de rechercher la cause de l'échec du processus de métabolisme des glucides et de mettre en œuvre un traitement approprié.

Les facteurs pouvant conduire à cette maladie peuvent être:

  • l'obésité;
  • âge avancé;
  • maladies endocriniennes;
  • l'hérédité;
  • l'hypertension;
  • pathologies du foie, des reins, des maladies cardiovasculaires et du système immunitaire;
  • période de port d'un enfant;
  • l'abus d'aliments riches en sucre;
  • hormonothérapie;
  • tension nerveuse;
  • taux élevé de cholestérol.

La pathologie présente des symptômes peu prononcés qui passent souvent inaperçus:

  • la soif
  • panne;
  • état léthargique;
  • sensibilité au virus et au rhume.

Un test de glycémie est en cours pour diagnostiquer la maladie. Un indicateur alarmant sera le niveau supérieur à 6,3 mmol / l.

Les femmes enceintes, les personnes ayant des parents diabétiques et les personnes sujettes à une augmentation de la glycémie subissent un test de tolérance au glucose. Les indicateurs de la première étude au-dessus de 6,9 ​​mmol / l et de la seconde (11,2 mmol / l au maximum) indiquent une tendance au développement de pathologies.

Ces personnes doivent répéter les tests sanguins tous les trois mois. Pour la prophylaxie, des tests sont nécessaires tous les six mois.

Après avoir diagnostiqué la maladie, il est conseillé aux patients d’éviter la fatigue physique et nerveuse, de faire de l’activité physique, de suivre un régime alimentaire et d’abandonner leur dépendance à l’alcool et à la nicotine.

Le respect des mesures préventives empêchera la progression du métabolisme des glucides et préviendra le développement du diabète.

Forme gestationnelle pendant la grossesse

L'accumulation de glucose dans le sang se produit chez la femme enceinte à la suite de la restructuration du fond hormonal et de la diminution de l'activité physique. Une telle pathologie peut disparaître d'elle-même après la naissance d'un enfant ou conduire ultérieurement au développement d'un diabète.

Une surveillance régulière de la glycémie est obligatoire tout au long de la gestation. La forme gestationnelle de la maladie peut nuire à la grossesse, à la santé du fœtus et à la future mère.

Les taux de sucre élevés provoquent une hypertension chez une femme enceinte, ce qui entraîne l'apparition d'un œdème marqué, ce qui contribue au développement de l'hypoxie chez le fœtus.

Une pathologie non corrigée augmente le flux de sucre dans le sang du fœtus, où il favorise la formation de cellules adipeuses. En conséquence, l'enfant augmente son poids et la taille de sa tête et de ses épaules. Chez les femmes enceintes avec une forme gestationnelle, un fœtus de grande taille est souvent né, pesant plus de 4 kg, ce qui complique le processus d'accouchement et entraîne des lésions du canal de naissance.

L'échec du métabolisme des glucides s'observe plus souvent chez cette catégorie de personnes:

  • les femmes enceintes présentant une prédisposition héréditaire;
  • grosses femmes;
  • les femmes enceintes atteintes de diabète dans l'histoire;
  • les femmes ayant des ovaires polykystiques;
  • les femmes qui ont du glucose dans leur urine;
  • les patients qui abusent de mauvaises habitudes et mènent un style de vie inactif;
  • les femmes enceintes souffrant d'hypertension artérielle et de maladies du système cardiovasculaire;
  • Les femmes qui ont eu plusieurs grossesses dans le passé ont eu de gros enfants ou un fœtus avec des anomalies du développement.

Matériel vidéo sur le diabète gestationnel:

La thérapie gestationnelle doit être basée sur les recommandations du médecin, une surveillance régulière du taux de sucre, une augmentation raisonnable de l'activité physique et une compliance alimentaire. À l'avenir, ces femmes devraient subir un examen médical tous les six mois afin de prévenir l'apparition du diabète.