Le diabète

Le diabète de type 2 peut-il aller au diabète de type 1?

Dans la pratique médicale du monde moderne, le diabète sucré appartient au groupe des maladies du monde entier, car il a une prévalence élevée, des complications graves et nécessite également des coûts financiers substantiels pour le traitement, dont le patient aura besoin tout au long de sa vie.

Il existe plusieurs formes spécifiques de maladie du sucre, mais les plus connues et les plus courantes sont le diabète sucré des premier et deuxième types. Les deux maladies ne peuvent pas être guéries et elles doivent être contrôlées tout au long de leur vie.

De nombreux patients atteints de diabète de type 2 se demandent si le diabète de type 2 peut devenir un diabète de type 1?

Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’examiner le mécanisme de développement de chaque forme de pathologie, d’étudier leurs caractéristiques distinctives et, à la fin, de tirer une conclusion raisonnable.

Principe de l'absorption de glucose

L'activité scientifique moderne a étudié de manière approfondie les mécanismes du diabète. Il semblerait que la maladie soit la même et diffère exclusivement par type. Mais en réalité, ils évoluent complètement différemment.

Comme mentionné ci-dessus, les premier et deuxième types de diabète sont les plus courants, qui diffèrent par le mécanisme de développement, les causes, la dynamique du cours, le tableau clinique et les tactiques de traitement, respectivement.

Pour comprendre en quoi les mécanismes de développement des maladies diffèrent, il est nécessaire de comprendre le principe de l'assimilation du sucre au niveau cellulaire:

  1. Le glucose est l'énergie qui pénètre dans le corps humain avec les aliments. Après son apparition dans les cellules, sa division est observée, des processus d'oxydation sont effectués, une utilisation se produit dans les tissus mous.
  2. Pour "passer" à travers la membrane cellulaire, le glucose a besoin d'un conducteur.
  3. Et dans ce cas, l'hormone insuline, qui est produite par le pancréas, agit. En particulier, il est synthétisé par les cellules bêta-pancréatiques.

Après l'insuline pénètre dans le sang et son contenu est maintenu à un certain niveau. Et lorsque la nourriture arrive, le sucre est digéré, puis entre dans le système circulatoire. Sa tâche principale est de fournir au corps l’énergie nécessaire au bon fonctionnement de tous les organes et systèmes internes.

Le glucose ne peut pas pénétrer seul à travers la paroi cellulaire en raison de ses caractéristiques structurelles, car la molécule est lourde.

À son tour, c'est l'insuline qui rend la membrane perméable, à la suite de quoi le glucose y pénètre librement.

Diabète de type 1

Sur la base des informations ci-dessus, il est possible de conclure de manière tout à fait logique qu'avec une pénurie d'hormone, la cellule reste «affamée», ce qui conduit à son tour au développement d'une maladie sucrée.

Le premier type de diabète est hormono-dépendant, et les concentrations d’insuline peuvent diminuer considérablement sous l’influence de facteurs négatifs.

En premier lieu est une prédisposition génétique. Les scientifiques ont très précisément établi qu’une certaine chaîne de gènes pouvant «se réveiller» sous l’influence de circonstances destructrices peut être transmise à une personne, ce qui entraîne la survenue de la maladie.

Le diabète sucré peut se développer sous l’influence de tels facteurs:

  • Violation de la fonctionnalité du pancréas, formation de tumeur de l'organe interne, sa lésion.
  • Infections virales, maladies auto-immunes.
  • Effets toxiques sur le corps.

Dans la très grande majorité des cas, non pas un facteur entraîne l'apparition d'une maladie, mais plusieurs facteurs simultanément. Le premier type de pathologie dépend directement de la production de l'hormone, elle est donc appelée insulino-dépendante.

Le plus souvent, le diabète est diagnostiqué chez les enfants ou les jeunes. Lorsqu'une maladie est détectée, le patient reçoit immédiatement de l'insuline. La posologie et la fréquence d'utilisation sont recommandées individuellement.

L'introduction de l'insuline améliore le bien-être du patient et permet au corps humain de mener à bien tous les processus métaboliques nécessaires. Cependant, il y a certaines nuances:

  1. Contrôlez le sucre corporel tous les jours.
  2. Calcul minutieux du dosage hormonal.
  3. Une administration fréquente d'insuline entraîne une modification atrophique du tissu musculaire au site d'injection.
  4. Dans le contexte du diabète, les patients ont un système immunitaire réduit, ce qui augmente le risque de pathologies infectieuses.

Le problème de ce type de maladie est que le plus souvent les enfants et les adolescents en souffrent. Leur perception visuelle est altérée, des perturbations hormonales sont observées, ce qui peut entraîner un retard de la puberté.

L'introduction constante de l'hormone est une nécessité vitale, qui améliore la santé, mais limite en revanche considérablement la liberté d'action.

Diabète de type 2

Le second type de diabète a un mécanisme de développement complètement différent. Si dans le premier type la pathologie est basée sur l'influence externe et le conditionnement physique de l'insuffisance de l'appareil insulaire, le second type est alors significativement différent.

En règle générale, ce type de diabète se caractérise par une progression lente; il est donc le plus souvent diagnostiqué chez les personnes âgées de 35 ans et plus. Les facteurs prédisposants sont: l'obésité, le stress, une mauvaise alimentation, la sédentarité.

Le diabète sucré de type 2 est un diabète insulino-indépendant, caractérisé par un état hyperglycémique, conséquence du trouble de la production d'insuline. Une concentration élevée de glucose est due à une combinaison de certaines défaillances dans le corps humain.

Mécanisme de développement:

  • Contrairement au premier type de diabète, avec cette forme de pathologie, l'hormone dans le corps suffit, mais la sensibilité des cellules à son effet diminue.
  • En conséquence, le glucose ne peut pas pénétrer dans les cellules, ce qui entraîne leur "faim", mais le sucre ne disparaît nulle part, il s'accumule dans le sang, ce qui conduit à un état hypoglycémique.
  • En outre, la fonctionnalité du pancréas est altérée, il commence à synthétiser davantage d'hormones pour compenser la faible susceptibilité cellulaire.

En règle générale, à ce stade, le médecin vous recommande de revoir radicalement votre régime alimentaire, de vous prescrire un régime de bien-être, un certain mode de la journée. Les sports sont nommés qui aident à augmenter la sensibilité des cellules à l'hormone.

Avec l'inefficacité d'un tel traitement, la prochaine étape est la nomination de comprimés pour réduire la glycémie. Premièrement, un remède est prescrit, après quoi ils peuvent recommander une combinaison de plusieurs médicaments de différents groupes.

En cas de diabète prolongé et de fonctionnalité pancréatique excessive, associée à la production d'une grande quantité d'insuline, l'épuisement de l'organe interne n'est pas exclu, ce qui entraîne un manque marqué d'hormones.

Dans ce cas, la seule solution consiste à introduire de l'insuline. C'est-à-dire que les tactiques de traitement sont choisies, comme dans le premier type de diabète.

Parallèlement à cela, de nombreux patients pensent qu'un type de diabète est passé à un autre. En particulier, la transformation du 2ème type en 1er type a été réalisée. Mais ce n'est pas.

Le diabète de type 2 peut-il aller au type 1?

Alors, le diabète de type 2 peut-il encore passer au premier type? La pratique médicale montre que ce n'est pas possible. Malheureusement, les patients ne se sentent pas mieux.

Si le pancréas perd sa fonctionnalité en raison d'une charge excessive constante, le second type de maladie devient non compensé. Si vous dites en d'autres termes, il ne suffit pas que les tissus mous aient perdu leur sensibilité à l'hormone, et l'insuline elle-même n'est pas suffisante dans le corps.

À cet égard, il s’avère que la seule option pour maintenir la vie du patient consiste à lui administrer des injections d’hormones. Comme le montre la pratique, ils ne peuvent agir que dans des cas exceptionnels.

Dans la très grande majorité des tableaux cliniques, si l'administration d'insuline était déjà prescrite dans le deuxième type de maladie, le patient devait être injecté tout au long de sa vie.

La maladie du sucre du premier type est caractérisée par un déficit absolu en hormones dans le corps humain. Autrement dit, les cellules pancréatiques ne produisent tout simplement pas d'insuline. Dans ce cas, les injections d'insuline sont nécessaires pour des raisons de santé.

Mais dans le deuxième type de maladie, on observe un déficit relatif en insuline, c'est-à-dire que l'insuline est suffisante, mais les cellules ne le perçoivent pas. Ce qui entraîne une augmentation de la concentration de glucose dans le corps.

Ainsi, nous pouvons conclure que le deuxième type de diabète ne peut pas entrer dans le premier type de maladie.

Malgré des noms similaires, les pathologies diffèrent par les mécanismes de développement, la dynamique du cours et les tactiques de traitement.

Caractéristiques distinctives

Le premier type de diabète est dû au fait que les cellules pancréatiques «attaquent» leur propre système immunitaire, ce qui entraîne une diminution de la production d'insuline, ce qui entraîne une augmentation de la teneur en sucre de l'organisme.

Le second type se développe beaucoup plus lentement que le diabète de type 1. Les récepteurs cellulaires perdent progressivement leur ancienne sensibilité à l'insuline, ce qui entraîne une accumulation de sucre dans le sang.

Bien que la cause exacte qui a conduit au développement de ces maladies n’ait pas encore été établie, les scientifiques ont réduit la gamme de facteurs menant à l’apparition de ces pathologies.

Caractéristiques distinctives selon la cause:

  1. On pense que les principaux facteurs qui accompagnent le développement du deuxième type sont l'obésité, le mode de vie sédentaire et une alimentation malsaine. Et avec le type 1, la destruction auto-immune des cellules pancréatiques provoque une pathologie, qui peut être due à une infection virale (rubéole).
  2. Dans le premier type de diabète, un facteur héréditaire est possible. On pense que dans la grande majorité des cas, les enfants héritent des facteurs des deux parents. À son tour, le type 2 a une relation de cause à effet plus forte avec les antécédents familiaux.

Malgré certaines particularités, ces maladies ont une conséquence commune: le développement de complications graves.

Pour le moment, il n'existe aucun moyen de guérir complètement le premier type de diabète. Cependant, les scientifiques étudient les avantages potentiels d'une association d'immunosuppresseurs et de médicaments qui augmentent la gastrine, ce qui conduit à la restauration de la fonctionnalité pancréatique.

Si cette façon innovante de se traduire en «vie», les diabétiques pourraient alors renoncer à l’insuline pour toujours.

En ce qui concerne le deuxième type, il n’existe aucun moyen de guérir le patient pour toujours. Respectant toutes les recommandations du médecin, une thérapie adéquate aide à compenser la maladie, mais non à guérir.

Sur la base de tout ce qui précède, nous pouvons conclure qu’un type de diabète ne peut pas prendre une autre forme. Mais cela ne change rien, car SD1 et SD2 sont semés d'embûches et que ces pathologies doivent être maîtrisées jusqu'à la fin de la vie. Quels sont les différents types de diabète - dans la vidéo de cet article.